Analyses physico-chimiques

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

 
Il n'y a pas de limite aux analyses effectuées sur des échantillons d'eau. On peut faire la recherche de pesticides, de nitrates, de nitrites, de potassium, de détersifs et autres. Pour les problèmes courants, les analyses dont traite ce texte devraient suffire. Pour ceux qui rencontreraient des problèmes qui débordent du cadre de ce texte, il est fortement conseillé de nous consulter.
 
Les analyses physico-chimiques sont variées. Il est important de cibler les paramètres pertinents à réaliser sur votre eau de consommation. 
 
  • L'eau tache les vêtements, la cuvette de toilette, etc. : généralement problèmes de Fer et/ou Manganèse
  • Dépôts calcaires : Dureté totale
  • Odeur d'œufs pourris : Sulfures
 
Pour toute information afin de cibler vos besoins analytiques, contactez-nous au 418-723-8660.
 
 

LA DURETÉ

 
C'est la teneur en sels de calcium et de magnésium qui détermine la dureté de l'eau. Tout le monde connaît les inconvénients qu'apportent les eaux dures : le savon ne mousse plus, les légumes prennent plus de temps à cuire et il se forme parfois une mince couche de calcaire sur le thé. 
 
En présence de sulfates, certaines eaux dures acquièrent des propriétés purgatives. Les sulfates et le magnésium se combinent pour former un sel bien connu : le sel d'Epsom. Pour cette raison, il est toujours prudent de faire une analyse des sulfates si l'on doit faire celle du magnésium. 
 
Lorsque les sels de calcium et de magnésium se présentent sous forme de carbonates, on parle de dureté temporaire. Pour éliminer la dureté temporaire, il suffit de faire bouillir l'eau. Le fond de la bouilloire se recouvre rapidement de dépôt. Ce sont les carbonates qui précipitent dès que le gaz carbonique est chassé de l'eau par l'ébullition. 
 
Lorsque les sels de calcium et de magnésium se présentent sous forme de sulphates ou de chlorures, on parle de dureté permanente. Lorsque l'on fait face à une dureté permanente, les sels demeurent en solution, même après une longue ébullition. En s'évaporant, toutefois, l'eau laisse un dépôt extrêmement difficile à enlever sur le fond de la bouilloire. À cause de ce dépôt qui finit par s'incruster, la dureté permanente s'appelle la dureté incrustante. Il se vend sur le marché des solvants spéciaux qui permettent d'enlever les incrustations dues à la dureté permanente. 
 
Les normes qui concernent la dureté des eaux visent surtout à limiter les inconvénients pour les usages domestiques. Les eaux qui dépassent 200 milligrammes par litre de calcium présentent de sérieuses difficultés. La teneur admissible est d'environ 75 mg/l. 
 
À titre d'information, voici un tableau qui permet de classifier les eaux selon le degré de dureté (l'échelle de dureté peut varier d'un auteur à un autre).
 
Dureté totale en mg/l Échelle de dureté
0-30 douce
31-60 modérément douce
61-120 légèrement dure
121-180 dure
181 et plus très dure
 
Si les eaux de votre puits ou de votre source sont trop dures, il faut les adoucir. Consultez un spécialiste dans la matière.
 
 

LE FER

 
Il arrive fréquemment que les eaux contiennent du fer, en particulier les eaux brunes où on le trouve lié aux acides organiques. Compte tenu des quantités importantes de fer que peut consommer l'être humain (une moyenne de 16 milligrammes par jour), le fer de l'eau ne pose guère de problème sur le plan physiologique. 
 
Les eaux ferrugineuses, toutefois, présentes de sérieux inconvénients : elles tachent le linge, elles ont une saveur désagréable, elles rendent le café imbuvable et elles noircissent les infusions de thé. Et ce qui n'arrange rien, certaines bactéries ont choisi de proliférer dans les eaux ferrugineuses. Ce sont les ferrobactéries. Elles forment des concrétions sur les parois des tuyaux et la décomposition de ces agrégats bactériens donne à l'eau un mauvais goût et une mauvaise odeur. 
 
La plupart des normes en vigueur ont été établies pour pallier aux inconvénients ménagers. En général, la teneur en fer admissible est de 0,3 milligramme par litre tandis que la teneur excessive est fixée à 1 milligramme par litre.
 
 

LE MANGANÈSE

 
Il en est du manganèse comme du fer. Les sels du manganèse produisent les mêmes inconvénients y compris les encroûtements provoqués par le développement des bactéries magnésiennes. Les normes ont aussi été établies pour pallier aux inconvénients ménagers. La limite de tolérance est d'environ 0,2 milligramme par litre. Lorsque l'on fait face à certains des inconvénients décrits plus haut, il faut faire l'analyse du manganèse et du fer.
 
 

SULFURES

 
Les eaux pauvres en oxygène et en nitrate sont sujets à ce problème. En fait, les bactéries présentes dans le puits puisent leur oxygène des sulfates et le produit de la dégradation de ceux-ci donne un gaz sulfhydrique dont l'odeur d'oeufs pourris n'échappe à personne.
 
 

NITRATES ET NITRITES

 
L'ion nitrate est la principale forme d'azote combiné retrouvée dans les eaux naturelles. Il constitue l'état final de l'oxydation de l'azote. L'ion nitrite s'oxyde facilement en ion nitrate et, pour cette raison, se retrouve rarement en concentration importante dans les eaux naturelles. 
 
La plupart des eaux de surface et souterraines contiennent des concentrations inférieures à 1 mg/L de nitrates et de nitrites. Toutefois, des concentrations plus élevées peuvent indiquer une contamination par des excréments humains ou animaux, par des débris végétaux ou par une lixiviation des engrais utilisés sur les terres agricoles. Dans l'organisme, les bactéries intestinales réduisent l'ion nitrate en ion nitrite qui affecte la structure de l'hémoglobine. 
 
Le règlement sur l'eau potable du Québec limite à 10 mg/L la concentration maximale acceptable de nitrates et de nitrites, exprimée en azote, dans l'eau de consommation.
 
Il n'y a pas de limite aux analyses effectuées sur des échantillons d'eau. On peut faire la recherche de pesticides, de nitrates, de nitrites, de potassium, de détersifs et autres. Pour les problèmes courants, les analyses dont traite ce texte devraient suffire. Pour ceux qui rencontreraient des problèmes qui débordent du cadre de ce texte, il est fortement conseillé de nous consulter.
Vous pouvez nous joindre au 418 723-8660